Vins super second : une mise-à-jour nécessaire

Pendant longtemps la qualité d’un vin, et sa capacité à paraître au classement de 1855, était conditionné par la notoriété de la maison qui le produisait, le nom de celle-ci et le prix de vente du vin.
Les maisons qui n’avaient pas accès à ce privilège, car elles ne remplissaient pas forcément les critères de sélection extrêmement rigoureux, ont commencé à faire sentir leur indignation une fois les confréries disparues.

Une meilleure reconnaissance du produit

Nombres de ces maisons se sont améliorées et produisaient des vins de meilleure qualité qu’au moment de l’établissement du classement des grands crus. Ils estimaient donc qu’ils méritaient d’avoir leur place auprès des plus grands, et demandaient la révision de la liste. Cependant, les traditions ont la vie dure, et ce classement de vins est aussi apparenté à un puissant immobilisme.
Ne pouvant pas changer ce qui est déjà mis en place, l’appellation super second est née. Ces vins ont l’avantage de ne pas avoir de superflu, et d’être une aubaine, tant pour les consommateurs que pour les commerçants. C’est un vin hautement qualitatif, à prix plus que raisonnable. Les amateurs de vin eux-mêmes apprécient la texture en bouche et la saveur de ces crus. Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez-vous sur : http://www.bordeaux-super-second.com/